C'est juste du Web

Blackpills, l’application gratuite dédiée aux séries courtes

Par Robin Fougassié. Il y a 1 an

Vous avez bien lu, gratuite!

Blackpills, mais qu’est-ce que c’est ?

 

Créée par Patrick Holzman (cofondateur d’Allociné, site web de référence en matière de cinéma et séries télé) et Daniel Marhely (fondateur de Deezer, application et site web pour écouter de la musique en streaming), Blackpills est une application française dédiée aux séries télé de format court, disponible dans plusieurs pays d’Europe, aux États-Unis et au Canada.

Accessible uniquement sur téléphone intelligent et tablette, l’application propose un catalogue d’une quarantaine de séries télé dont la durée des épisodes n’excède pas 10 minutes. En plus, tout est disponible avec sous-titres français.

Comptant 2,5 millions d’utilisateurs, cette application est très pratique, son interface est intuitive et son design épuré. Comme sur Netflix, on peut reprendre notre série au moment où on l’a arrêtée et les épisodes s’enchainent automatiquement… visionnage en rafale annoncé ! Et on peut même modifier la qualité de la vidéo, histoire de ne pas finir le mois avec une facture de téléphone à plus de 100 dollars...


 

Des débuts prometteurs

Lancée il y a tout juste un an, en mai 2017, Blackpills a suscité l’intérêt dès ses débuts en collaborant avec des cinéastes connus comme les français Luc Besson (Léon, Nikita, Lucy, Valérian et La Cité des mille planètes) et Louis Leterrier (Insaisissables, Grimsby : Agent trop spécial) ou l’américaine Zoe Cassavetes. Voici un petit aperçu de leurs créations :

 

Dans Tycoon, de Louis Leterrier, une jeune caissière échange un an de sa vie contre 5 millions de dollars. Tout ce qu’elle a à faire c’est obéir au doigt et à l’œil à Leroy un jeune agent immobilier qui tente de reconquérir son empire.

 

Dans Playground, une ado rejoint une école d’assassin afin de venger le meurtre de ses parents. Jeune héroïne, action, combat, vengeance… du pur Luc Besson !

 

Junior, créée par Zoe Cassavetes, suit une adolescente qui se retrouve prise dans un triangle amoureux avec sa mère et le petit ami de celle-ci.



 

Sexe, drogues… et rock and roll. Mais surtout sexe et drogues

Avec sa production et sa diffusion de séries TV, l'application Blackpills cible un public jeune et connecté qu’elle cherche à fidéliser. Les thématiques abordées sont souvent les mêmes : sexe, drogues, pornographie, jeux vidéo… D’ailleurs le nom de l’application, «pilules noires», fait clairement allusion à la drogue. Même les slogans de la plateforme mobile jouent là-dessus : «Viens prendre ta dose» ou «L’addiction commence ici».

 

Parmi les protagonistes des séries Blackpills, on retrouve donc une jeune étudiante tournant dans des films pornographiques pour financer ses études (Exposed), une ado tentant de perdre sa virginité (Virgin), un jeune homme à qui l’on apprend que son sexe a mauvais goût (All Wrong) ou encore un célibataire tourmenté qui n’arrive pas à se passer de Tinder et YouPorn (Pillow Talk).

 

Plus récemment, on a beaucoup parlé de SuperHigh, mettant en vedette le comique français Kev Adams qui se découvre des super pouvoirs après avoir consommé de la marijuana. Cette série a reçu un accueil très mitigé et a été beaucoup critiquée. À vous de vous faire votre propre idée !

Les séries proposées sont alors souvent crues, parfois subversives, mais pas toujours intéressantes. À force d’aborder les mêmes thèmes, certaines séries deviennent un peu caricaturales et manquent d’originalité.  

 

Sinon, dans le registre du polar, Blackpills propose aussi quelques titres comme Icarus, Beard Club ou encore Pineapple.



 

L'avenir de Blackpills

Malgré la qualité inégale de ses productions, n’oublions pas que la plateforme mobile est encore toute jeune. Et que de nouveaux projets intéressants repérés dans de prestigieux festivals de séries télévisées vont arriver très bientôt.

Parmi ceux-ci, la série Bonding était présentée à Canneseries dans la "Compétition Digitale" tandis que First Love et Patricia Moore étaient en compétition à Séries Mania en "Formats courts". Et First Love a même raflé le prix de la meilleure série dans cette catégorie. Cette coproduction franco-américaine relate la fugue de Mercedes, 12 ans, et Zach, 17 ans, qui se termine au tribunal. Entre flash-backs et scènes d’interrogatoire lors du procès, l’histoire se construit et offre différentes perspectives.

Avec des histoires plus variées et des modes de narration davantage élaborés, le futur de Blackpills s’annonce prometteur. D’autant plus que les créateurs de l’application ont annoncé que leur « pilule noire » allait avoir droit prochainement à sa version payante (entre 2 et 4 euros), qui permettra à l’abonné de visionner ses séries sans publicité et en mode hors-ligne.

Entre ses saisons 2 annoncées, ses nouvelles séries prometteuses et sa formule payante, gageons qu'on entendra reparler de Blackpills dans un avenir rapproché!

 

Partager