Entrevue

Instagram : voyages et job de rêve

Par Jehanne Bergé. Il y a 8 mois
  • 0
  • 0

Être payé pour voyager et prendre des photos

Utilisez-vous Instagram ? 

Depuis quelques années, grâce à leur sens de l’esthétique et de la mise en scène, certains utilisateurs ont réussi à se faire repérer sur la toile. Le succès de leurs photos est tel qu’ils arrivent à fédérer une immense communauté de followers autour d’eux. Face à ce phénomène, une nouvelles expression a vu le jour : « les influenceurs de réseaux sociaux ». Vous imaginez bien qu’il n’a pas fallu attendre très longtemps pour que les marques commencent à s’intéresser aux profils de ces vedettes d’internet, histoire de profiter de leur visibilité.

 

Voyage-voyage

Une des grandes tendances sur Instagram est la photo de voyage. On dénombre plus de 100 millions de publications marquées du mot-clic #Travel. Ce n’est pas rien ! Les comptes de certains voyageurs/aventuriers/photographes deviennent de véritables mines d’or pour les annonceurs. Nous avons rencontré l’un de ces instagrameurs professionnels, Johan Lolos, un jeune belge de 28 ans qui fait rêver aujourd’hui plus de 318 000 abonnés à travers ses photos de voyage. Ce photographe autodidacte de talent parcourt le monde depuis trois ans maintenant afin de capturer les plus beaux paysages. Très habile des réseaux sociaux, c’est en Australie et en Nouvelle-Zélande, qu’il a fait ses débuts en postant des paysages magnifiques. 

 

Une activité qui rapporte

Ses photos ont gagné en notoriété et il s’est rapidement fait repérer par des gros medias, comme le National Geographic, BuzzFeed ou le Daily Mail qui ont commencé à publier ses clichés. Le nombre de ses abonnés a explosé et petit à petit des entreprises ont commencé à s’intéresser à lui.

Depuis mars 2015, cet aventurier arrive à vivre de ses deux passions : le voyage et la photo. La majorité de ses clients sont des offices de tourisme qui l’engagent pour faire la promotion de leurs produits ou de leurs destinations. Appareil photo et téléphone intelligent à la main, il enchaîne les missions et les périples aux quatre coins de la planète...

Il est actuellement en plein voyage photographique au Canada. Il a commencé par l’Ouest mais devrait arriver au Québec d’ici la fin du mois de juillet où il viendra saisir la beauté de notre belle nature. Nous avons voulu en savoir plus sur le quotidien de cet « Instagrammeur de paysages de rêve ».

 

Rencontre avec un jeune homme heureux que rien n’arrête.

CJDW : - Salut Johan. Tu es arrivé au Canada depuis un mois maintenant. Quels ont été tes plus grandes difficultés et tes plus grandes surprises ici?

Johan Lolos: - La seule vraie difficulté que je rencontre, c'est la météo. En un mois en Colombie-Britannique, je n'ai eu que 4 ou 5 jours de grand soleil, le reste du temps il a fait nuageux ou il a plu. Ma plus grande surprise jusqu'à présent, c’est la vallée de Bella Coola et le parc provincial de Tweedsmuir, dans la région Cariboo Chilcotin Coast, à 12h de route de Vancouver. Personne ne va là-bas; c'est complètement sauvage. Mais qu'est-ce que c'est canon! 

 

CJDW : - Comment organises-tu tes journées?

J.L. : - Je me lève vers 4h30 du matin, je photographie le lever de soleil et je prends mon petit-déjeuner. Je fais de la route. L'après-midi, je repère les lieux pour mon prochain shooting. À partir de 16-17h, soit je commence une randonnée et je pars camper pour pouvoir photographier le coucher et le lever de soleil, soit je roule jusqu'à l'endroit que j’ai choisi pour photographier le coucher de soleil. Le soir, si je ne dors pas en tente, je travaille un peu sur mes photos du jour ou de la veille, et j'envoie des emails. Lorsque je suis en voyage full time, j'ai très peu de temps pour travailler sur l'ordinateur, du coup, c'est très fatigant! 

 

 

CJDW : - Tu publies combien de photos par jour?

J.L. : - En général, c'est une photo par jour, occasionnellement deux.

 

CJDW : - Dans ton métier, avoir une bonne connexion internet, c’est essentiel. En pleine nature comment fais-tu?

J.L.  : - Dès que je suis arrivé j'ai acheté une carte SIM locale, et je me connecte en 4G la majorité du temps (sérieusement au Canada, il est temps de pratiquer des tarifs dignes de 2016 !!). Assez étonnement, la couverture réseau est plutôt large, mais quand je suis vraiment dans le pure wilderness, il y a toujours un lodge ou une auberge qui dispose d'une connexion wifi. 

 

CJDW : - Qui te paye ce voyage?

J.L. : C'est un voyage que j'ai organisé de mon plein gré, pas pour un client, mais pour ma propre envie de photographier le pays et de randonner ici. Cela dit, j'ai différents partenaires sur place qui prennent en charge une partie des frais (essence, hébergement, nourriture, activités), ainsi que des sponsors qui m'aident financièrement, toujours pour couvrir ces frais. Ces partenaires sont majoritairement des offices de tourisme (la commission canadienne du tourisme ainsi que des organismes locaux tels que Tourism Whistler, Tourism Tofino, Tourism Victoria, Tourism Cariboo Chilcotin Coast, Tourism Kootenay Rockies et Tourism Canmore), et mes sponsors principaux sont Ford Canada et Nemo Equipment. 

 

CJDW : - Tu as des obligations envers tes commanditaires?

J.L. : Bien sûr, ils me font confiance donc je leur rends la pareille. J'ai un nombre défini d'images à poster pour mes sponsors mais je reste toujours maître du contenu. J'ai totale carte blanche sur ce que je prends en photo.

 

CJDW :  - Depuis que tu fais ce métier quelle a été ta plus belle expérience?

J.L. :  Hum, c’est dur d’en choisir une seule... Entre observer la faune sauvage locale des pays où je vais (baleines, ours, grand requin blanc, crocodiles, tortues de mer, requin-baleine, kangourous, rennes, ...), photographier des aurores boréales et australes, atterrir en hélicoptère sur un glacier, ou en hydravion sur un lac alpin, sortir de sa tente et découvrir le plus incroyable des levers de soleil, ou plus simplement vivre sept mois dans un des plus beaux endroits au monde, Wanaka en Nouvelle-Zélande, c'est vraiment impossible de choisir! Je retiens toutes mes expériences et je me rends compte chaque jour de la chance que j'ai d'exercer ce métier!

 

CJDW :  - Quels conseils donnerais-tu à nos lecteurs qui rêvent de se lancer?

J.L. : Passez le plus de temps possible avec des gens que vous admirez ou que vous jugez meilleur que vous. Créez-vous des contacts et inspirez-vous de ce que les autres font. Trouvez-vous un style qui vous convient et aussi une ligne éditoriale. Si vous aimez l'aventure et les grands espaces, inutile de passer du temps dans les villes ou les attractions touristiques.

 

Pour suivre le maître, c’est par ici.

 

* Photos pas Johan Lolos